image1 image10 image11 image12 image13 image14 image15 image16 image17 image18 image19 image2 image20 image21 image23 image24 image3

Dieu a crée l'homme?

Pour aborder objectivement la question j'ai étudié les arguments des créationnistes comme Jonathan WELLS, Icons of Evolution ainsi que les arguments de certains de leurs fervents défenseurs comme Mr Julien Perreault puis j'ai étudié les arguments des évolutionnistes comme M. Guillaume LECOINTRE, Jean-Baptiste de Panafieu, Axel Kahn et bien d'autres...

Avant de nous retrouver pour la conclusion de ce chapitre, lisons d'abord ces articles :

Ce que nous disent les créationnistes :

http://www.harunyahya.fr/index.php Site d'Harun Yahya

http://www.creationinfo.com/julien/ Débat entre Julien Perreault et Cyrille Barrette sur TQS (Dutrisac)

http://www.creationnisme.ca/publication/articles/declin.jsp?section=publication La théorie de l'évolution en déclin (Julien Perreault)

=> article faisant l'analyse de la contre argumentation de Julien Perreault

 

Ce que nous disent les évolutionnistes :


« Dans les pas de Charles Darwin » Au parc de Bagatelle du 29 mai au 1er novembre 2009
(M. Patrick TORT)

quelques photos extraits de l'exposition :
exposition charles darwin au parc de Bagatelle


http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointre7.html M. Guillaume LECOINTRE
Un extrait de cette page :
"2. L’arbre de la vie de Darwin (sic !) : « Pourquoi les manuels ne discutent-ils pas de l’explosion cambrienne, dans laquelle tous les groupes majeurs animaux apparaissent ensemble dans le registre fossile, pleinement formés, au lieu de se brancher sur un ancêtre commun, et donc contredisant l’arbre de la vie ? »
Il s’agit typiquement d’une objection fausse. Il y a incompréhension totale du sens des arbres phylogénétiques. Ce n’est pas parce que les groupes apparaissent subitement, simultanément et « pleinement formés » que cela récuse la notion d’ancêtre commun. Ce foisonnement soudain se traduit dans les arbres phylogénétiques par un cas de résolution difficile où toutes les branches se réunissent en un même point. Il y a bien des ancêtres communs hypothétiques, mais si rapprochés entre eux qu’il est difficile aux investigateurs de résoudre l’ordre des relations de parenté. De tels points de multifurcation ne nient pas l’ancêtre commun, mais signifient juste que pour l’instant on ne sait pas « qui est plus proche de qui ». La phylogénétique moderne offre une image du déroulement de l’arbre de la vie où certaines zones de l’arbre offrent des apparentements bien résolus, suivis de zones irrésolues, puis suivies à nouveau de zones résolues. Il n’y a pas de raison particulière de se focaliser sur l’explosion cambrienne, une époque de diversification majeure des lignées animales. Il y avait de la vie avant, avec des relations de parenté résolues en amont de cette « explosion », et d’autres résolues en aval. Il n’y a pas de contradiction."
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointre8.html M. Guillaume LECOINTRE
cf. le dossier intégral de 8 pages : Evolution et créationnismes (Guillaume LECOINTRE)

Un autre dossier :

L'explosion cambrienne, mythe ou réalité (Jean Vannier)

Il semble que la science puisse expliquer "l'explosion cambrienne", (j'ai peur qu'au rythme où la science progresse les créationnistes deviennent de plus en plus ridicules...) :

L’explosion cambrienne déclenchée par plusieurs transgressions marines ?

 

Darwin : ce n'est pas une histoire de singe (Charles Sullivan et Cameron Mcpherson)

Quelques extraits du dossier de Jean-Baptiste De Panafieu sur Futura-sciences.com :

"peut-on confondre darwinisme et théorie de l’évolution."

"l’évolution n’est pas une simple opinion mais un cadre de pensée bien plus vaste qui unifie l’ensemble de la biologie d’aujourd’hui."

"Ainsi, la « théorie » de l’inspecteur est plutôt, pour employer un terme scientifique, une hypothèse, c’est à dire une supposition qu’il va chercher à vérifier par des indices."

"Une théorie scientifique n’est pas seulement une hypothèse (même si elle peut en intégrer) mais un modèle explicatif plus général : la description d’un ensemble de mécanismes qui permettent de comprendre une partie de la réalité du monde. Une théorie s’appuie sur des observations, des mesures et des expériences. Elle utilise des méthodes concrètes, reproductibles par d’autres équipes de recherche. Ce n’est pas un simple échafaudage de suppositions non fondées, mais une explication globale qui unifie une foule d’observations, des faits bien connus depuis longtemps jusqu’aux découvertes les plus récentes."

"Une théorie n’est pas non plus une croyance : on ne « croit » pas à la théorie de la gravitation comme on « croit » aux extra-terrestres ou aux fées. Le domaine des croyances ne fait pas appel au même type de raisonnement que le domaine scientifique puisqu’elles procèdent de la conviction intime et non de preuves matérielles. La science au contraire est matérialiste : les arguments utilisés doivent en principe être étayés par des faits ou des expériences, non par des textes ou des opinions. "

"Une des grandes difficultés rencontrées par Darwin était l’origine des variations, ces différences interindividuelles susceptibles d’être transmises aux descendants. C’est là que les découvertes effectuées dans une nouvelle discipline scientifique, inconnue à son époque, ont été décisives. La génétique, puis la biologie moléculaire, ont fourni à la théorie de l’évolution un mécanisme correspondant précisément aux intuitions de Darwin. Les variations sont aujourd’hui interprétées comme le résultat de mutations touchant les gènes des espèces. Les mutations surviennent par hasard et leurs résultats ne sont pas la conséquence de modifications de l’environnement. Cependant ils peuvent, toujours par hasard, procurer un avantage aux mutants."

"Les biologistes ont observé de multiples exemples de mutations avantageuses dans certaines conditions. L’un des plus connus concerne la phalène du bouleau : ce papillon aux ailes grises tachetées passe inaperçu s’il se pose sur des troncs d’arbres couverts de lichen. On connaît dans les populations naturelles de phalènes l’existence de mutants « mélaniques », c’est-à-dire complètement noirs, qui sont rapidement repérés par les oiseaux prédateurs et restent donc très peu nombreux. Dans les régions industrielles du sud de l’Angleterre, la pollution a tué les lichens et noirci les troncs. La forme mélanique est devenue dominante car, les conditions ayant changé, elle était avantagée par rapport à la forme tachetée. Lorsqu’avec la fermeture des usines, la pollution a diminué, les phalènes noires ont retrouvé leur faible fréquence initiale."

"L’un des exemples les plus célèbres de Darwin est un groupe d’oiseaux propres à l’archipel des Galápagos, les fameux « pinsons de Darwin ». Il en existe une douzaine d’espèces différentes, qui diffèrent par leur taille, par la forme de leur bec et par leur alimentation. Darwin avait émis l’hypothèse que tous ces pinsons provenaient d’une espèce unique arrivée par hasard du continent sud-américain. Les descendants des premiers arrivants s’étaient dispersés dans les îles et avaient évolué en fonction de leur environnement, se partageant les ressources disponibles. Certains étaient par exemple devenus des mangeurs de graines, et d’autres des chasseurs d’insectes.

Après Darwin, les zoologistes ont utilisé les caractéristiques anatomiques des différents pinsons pour reconstituer leur arbre « généalogique » (les biologistes parlent en fait d’arbres « phylogénétiques »). Les progrès de la biologie moléculaire ont par la suite permis de comparer les gènes de ces oiseaux et de construire un «  arbre génétique » qui a pleinement confirmé l’arbre anatomique. Ainsi, des observations de nature totalement différente, anatomiques puis moléculaires, ont abouti aux mêmes résultats."

"Poussant plus loin leurs recherches, les zoologistes ont mesuré les individus d’une des espèces pendant plusieurs dizaines d’années et ont observé des variations liées au climat. En effet, en période de sécheresse, les plantes à grosses graines survivent mieux que les autres. Les oiseaux à gros bec, capables de consommer ces graines, ont alors été avantagés par rapport à leurs congénères à bec plus petit. L’espèce entière a alors évolué vers des formes à bec plus gros. Les chercheurs ont aussi repéré les gènes mis en cause dans ces changements. Il s’agit notamment d’un gène qui agit sur le développement de la mâchoire de l’oiseau, au cours de sa vie embryonnaire.

Ce type d’étude, qui relie anatomie et gènes pour comprendre l’évolution d’un groupe, est de plus en plus couramment mise en œuvre dans les laboratoires, qu’il s’agisse d’oiseaux, de mouches ou de poissons."

"Aujourd’hui, les biologistes qui travaillent dans les domaines de la zoologie, de l’embryologie, de l’écologie, du comportement animal ou de la génétique le font dans un cadre évolutionniste. Pour eux, il ne fait aucun doute que les espèces se sont transformées au cours du temps et qu’à partir des êtres unicellulaires qui peuplaient les océans il y a environ un milliard d’années sont apparues des algues et des petits animaux qui ont peu à peu donné naissance à des espèces de plus en plus diverses."

"De même, l’homme de Néandertal est actuellement considéré comme une espèce distincte de la nôtre, les analyses de son ADN semblant montrer qu’il n’y a pas eu d’hybridations entre les néandertaliens et les hommes modernes parvenus par la suite en Europe. Mais ces modèles pourraient dans le futur être réfutés, que ce soit par la découverte de nouveaux fossiles ou par de nouvelles analyses génétiques. Cependant, cela ne remettra pas en cause l’idée de base que certains de ces humains archaïques sont nos ancêtres !"

"Plus d’un siècle après la mort de Darwin, l’idée que l’homme descend d’un singe reste toujours aussi scandaleuse, du moins dans certains milieux religieux. Les créationnistes s’opposent radicalement à la théorie de l’évolution : ils s’en tiennent à la lettre de la Bible et soutiennent que tous les animaux (et l’homme) ont été créés par un acte divin, sans évolution ultérieure (le créationnisme). Qu’ils soient chrétiens ou musulmans, les fondamentalistes n’ont pas renoncé à combattre l’idée même d’évolution."

Certains créationnistes ont des notions de zoologie extrêmement floues. Celui-ci confond ainsi  les araignées de mer (qui sont des crabes) et les araignées-crabes, ou thomises (qui sont des araignées) !
Photo tirée de l'atlas de la création de Harun Yahya

 

Autre confusion créationniste, entre une "grenouille" (en réalité une rainette), qui est un amphibien sans queue, et une salamandre fossile (amphibien muni d'une queue).
Photo tirée de l'atlas de la création de Harun Yahya

 

"Décidés à investir l’enseignement pour propager leurs idées, les créationnistes cherchent aussi, pour convaincre, à se revêtir des habits de la science. Face à un public qui ne connaît pas du tout la biologie, leurs arguments peuvent sembler pertinents. Ils présentent ainsi l’existence de fossiles ressemblant à des animaux actuels comme une preuve de l’absence d’évolution, puisqu’il s’agit pour eux d’animaux qui sont restés inchangés pendant des millions d’années. C’est ainsi qu’ils présentent le coelacanthe, un étrange « poisson » muni de pattes et de poumons qui a été découvert vivant en 1938 alors qu’on croyait ce groupe éteint depuis 60 millions d’années. En réalité, ce type d’animaux ne pose pas un problème insoluble aux biologistes. Les fossiles ne sont pas plus semblables aux animaux actuels que deux espèces voisines ne le sont aujourd’hui : l’éléphant d’Afrique et l’éléphant d’Asie se ressemblent et sont pourtant deux espèces parfaitement distinctes, ayant évolué différemment. Ces fossiles permettent de débattre des rythmes et des modalités de l’évolution, mais ne remettent aucunement en cause sa réalité."

"Certains créationnistes ont compris que leur discours ne pouvait toucher que des convaincus, tant il est éloigné de la réalité matérielle que nous pouvons observer. Ils se sont résignés à admettre que les animaux se sont transformés au cours du temps, mais attribuent ces transformations à l’intervention directe d’une « Intelligence » supérieure. C’est la position dite Intelligent design (dessin intelligent). Ses partisans américains préfèrent ne pas faire directement référence à Dieu. Ils présentent ainsi leurs idées comme scientifiques et non religieuses afin d’imposer leur enseignement dans les écoles. Pour eux, les structures biologiques sont si complexes qu’elles n’ont pas pu apparaître par hasard, par le seul jeu de la sélection naturelle. L’évolution aurait donc été guidée de l’extérieur selon un plan préétabli. Comme pour les créationnistes, leur discours sort du domaine scientifique puisqu’il est par nature ni démontrable, ni réfutable."

"Science et croyance sont aussi légitimes l’une que l’autre mais explorent des mondes différents, avec des méthodes différentes et des objectifs différents. Si l’on mélange ces deux modes de pensée, ni la science ni la religion n’en sortent grandies."

cf. le dossier intégral : Darwinisme : une théorie bien vivante

Autres dossiers et articles de Futura-sciences sur le sujet :

cf. le dossier d'Axel Kahn : L'animal de vérité

cf. l'article de Jean Etienne : Créationnisme : le Conseil de l'Europe veut-il enterrer Darwin?

 

Conclusion :

Les créationnistes ne s'inscrivent pas dans une vraie démarche scientifique, ils sont de mauvaise foi et nient les vrais faits et vraies remises en question des évolutionnistes, se focalisant sur quelques montages d'images faits par le passé (ce qui est plus une erreur de communication) ainsi que sur des vieux manuels scolaires non mis à jour, mais tout ceci ne remet absolument pas en cause la validité des expérimentations et des faits de ce temps, ainsi que ceux réalisés jusqu'à nos jours. La "théorie" de l'évolution n'est pas simplement qu'une "théorie" au sens où l'on entend le mot "théorie" et c'est ce que les créationnistes essayent de faire croire aux incultes. La théorie de l'évolution n'est plus à prouver et les découvertes et expérimentations scientifiques ne font que la conforter et non la remettre en question et la mettre en déclin. Curieusement, il n'y a quasiment pas de débat sur par exemple la "théorie" de la dérive des continents...

Un exemple de mauvaise foi des créationnistes : l'explosion de l'ère Cambrienne où non pas "toutes" les espèces mais beaucoup d'espèces (seulement les invertébrés) sont apparues en un soi-disant court laps de temps. Le phénomène aurait effectivement était troublant si ce court laps de temps se comptait en heures, en jours, en mois, en années, voir à la rigueur en siècle... mais là, il s'agit quand même de 50 millions d'années! avouez que ça fait quand même sourire...Laughing

Mise à jour  (25 avril 2012) : Il semble que la science puisse expliquer "l'explosion cambrienne", (j'ai peur qu'au rythme où la science progresse les créationnistes deviennent de plus en plus ridicules...) :

L’explosion cambrienne déclenchée par plusieurs transgressions marines ?

 

Les vertébrés terrestres, les dinosaures, les oiseaux et de nombreuses nouvelles espèces de petits mammifères apparaitrons progressivement dans les 450 millions d'années qui suivent...

Échelle des temps géologiques

premiers organismes vivants : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/geologie-1/d/la-plus-ancienne-trace-de-vie-date-de-27-milliards-dannees_14396/

"La vie animale bien plus ancienne qu’on ne le croyait

Par Jean Etienne, Futura-Sciences

Pour trouver des traces d'animaux très anciens, si mous qu'ils fossilisent mal, des paléontologistes ont eu l'idée de chercher des molécules spécifiquement animales. Bonne pioche : de tels biomarqueurs, en l'occurrence des stéroïdes produits par des éponges, font reculer d'une centaine de millions d’années l’apparition des premiers animaux sur notre planète."

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/paleontologie/d/la-vie-animale-bien-plus-ancienne-quon-ne-le-croyait_18193/

 

Quand on pense qu'avec nos connaissances actuelles on peut en à peine 100 ans créer déjà de grandes variétés d'espèces vivantes faites de métal, d'électronique et d'éléments organiques (cf les rubriques : robots, vie artificielle et conscience, conscience artificielle) il aurait fallu 50 millions d'années à Dieu ! Wink

Il est évident que les conditions de vitesse de développement de la vie et de la variété des espèces dépend des conditions dans lesquels elles évoluent (le milieu et sa chimie, le Ph, la pression, la température, le climat, l'atmosphère, l'oxygéne, etc...)

Combien de temps peut rester un être vivant "évolué" sans nourriture? sans eau? et sans oxygène ou dans un milieu hostile?

Il est évident que si les périodes sont plus courtes dans l'histoire, il y a moins de traces et donc moins de preuves, mais cela ne remet pas en cause la théorie de l'évolution:

Mise à jour  (25 avril 2012) : Il semble que la science puisse expliquer "l'explosion cambrienne", (j'ai peur qu'au rythme où la science progresse les créationnistes deviennent de plus en plus ridicules...) :

L’explosion cambrienne déclenchée par plusieurs transgressions marines ?

 

Le débat n'a donc pas lieu d'être, car on a affaire soit à des personnes incultes ou de mauvaise foi, la vraie question est plutôt : pourquoi les Etats-Unis ont remis au gout du jour le créationnisme? Quelles sont les volontés et les intérêts politico-économiques et religieux qui se cachent derrière tout ça?

Autre étude sur le même sujet :

http://www.astrosurf.com/nitschelm/creationnisme.html

Autre étude très sérieuse :

"Le créationnisme à visage découvert
Le créationnisme est un concept créé aux USA par des fondamentalistes religieux qui voudraient voir la Bible prendre place au cœur de l’enseignement. Plusieurs étapes ont jalonné son histoire, avec des procès retentissants. Actuellement, le créationnisme revêt un caractère discret et dangereux. Sous couvert d’ouverture d’esprit, d’œcuménisme, des institutions comme l’UIP diffusent jusque dans les sciences une spiritualité pernicieuse. Des scientifiques comme Dambricourt prêchent un moteur interne au vivant en lieu et place d’évolution. Un concept de dessein intelligent a émergé récemment, acceptant le fait évolutif « encadré » par un programme, manière détournée d’imposer une entité architecte de notre avenir. Les méthodes du créationnisme s’affinent, jouent sur les ambiguïtés et sur le langage, et avancent sans heurt majeur, avec l’aval du président Bush aux USA. Vous trouverez dans ce dossier quelques textes sur ce concept qui n’avance pas toujours à visage découvert et qui réclame notre vigilance."
 
Adnan Oktar, pseudonyme Harun Yahya :
"Au début de l'année 1998, Adnan Oktar et la BAV lancèrent une campagne contre le darwinisme. Des milliers d'exemplaires gratuits du livre d'Oktar, Evolution Deceit (Le mensonge de l'évolution) et des brochures basées sur ce livre furent distribués à travers toute la Turquie. La BAV mena une offensive contre les universitaires turcs qui professaient la théorie de l'évolution. Plusieurs universitaires déclarèrent avoir été harcelés, menacés et calomniés dans des prospectus les désignant comme « maoïstes », car ils enseignaient l'évolution. En 1999, six de ces professeurs gagnèrent un procès contre la BAV pour diffamation et furent dédommagés de l'équivalent de 4 000 $ chacun."

Retour à la page d'accueil

 

Ajouter vos commentaires

Post comment as a guest

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

  • Invité - Christian

    Bonjour,
    Je me demandais pourquoi vous n'avez pas pris compte de toutes les contre-argumentations de Julien Perreault à l'égard de M.Lecointre du site "http://www.creationnisme.ca/publication/articles/declin.jsp?section=publication

    Je ne vois pas alors l'objectivité que vous avez dit avoir en début de texte?
    Malgré que j'aimerais avoir une réponse, je ne m'attend pas à ce que vous me répondiez alors si vous pouvez seulement prendre mon commentaire en note (objectivement) je serais satisfait.
    Merci

    Dernière édition du commentaire il y a environ 4 ans par Cédric
    0 J'aime
  • Bonjour Mr Christian,
    Puisque vous souhaitez que je discute davantage des contre argumentations de Julien Perreault, je vais le faire dans un article spécial, voir le lien en haut de l'article, ou bien cliquez sur ce lien suivant :
    http://www.cedriclereffait.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=193

    Dernière édition du commentaire il y a environ 4 ans par Cédric
    0 J'aime
  • Invité - champagne

    Bonjour,

    Je suis étudiant en sciences sociales (donc je ne suis pas expert dans tout ce que vous expliquez) mais j'ai déjà été surpris par le premier paragraphe, qui donne une bonne idée de la suite:

    Tout d'abord, vous prétendez aborder objectivement la question, mais ça, tout le monde le dit !! Or, personne n'est objectif, et j'ai la faiblesse d'imaginer que vous étiez déjà évolutionniste avant d'entreprendre vos lectures, et que vous n'avez pas pensé un seul instant changer d'avis.

    Ensuite, c'est très intéressant de voir que vous qualifiez d'emblée les créationnistes de "fervents défenseurs". En disant "fervents", vous les délégitimez déjà (ils ne sont pas rationnels, mais fanatiques)

    Personnellement, je suis tout comme vous fermement darwiniste, car je crois ce que la majorité des gens autour de moi disent (tout comme vous visiblement. Qui est créationniste aujourd'hui en France ???)

    Ne sous-estimez pas les dimensions de croyance et de mythe qui sont présentes dans la Science. Nous sommes tous des religieux de la Science. Et moi le premier ! Et ne pensez pas avec trop d'assurance avoir démontré vous-même ce que tous les autres pensent. Notre foi en la Science ressemble beaucoup à la foi catholique d'il y a 5 siècles

    Dernière édition du commentaire il y a environ 4 ans par Cédric
    0 J'aime
  • Bonjour Mr "Champagne",
    J'ai abordé objectivement la question au tout début de mon site, en lisant des articles des créationnistes aussi, mais on se rend très vite compte qu'ils n'ont rien de sérieux (j'ai donc modifié mes textes après...),en fait ils n'ont aucun argument ou raisonnement logique élaboré... leur seuls arguments c'est à chaque fois de dire, en caricaturant : vous les évolutionnistes, vous avez réussi à prouver à 99% la théorie de l'évolution, donc le fait que vous n'avez pas encore prouvé les 1% qui manque est une PREUVE que vous avez tord... voilà leurs seuls arguments... car scientifiquement, si on fait abstraction de tous les mensonges qu'ils osent faire avaler aux non-scientifiques, ils n'ont réellement que 1% de choses "intéressantes" scientifiquement.Il ne peut y avoir réellement de débat intéressant entre les évolutionnistes et les créationnistes... mes recherches m'ont fait pencher clairement de l'autre côté, comme tout intellectuel et érudit dans tous les domaines des sciences et des religions se le doit, sans avoir besoin de "croire" en la science comme vous dites, à un certain niveau c'est juste du bon sens. Malheureusement, la raison et la logique ont peu influence face à qui veut croire, c'est un problème psychologique...

    Dernière édition du commentaire il y a environ 4 ans par Cédric
    0 J'aime

Language translation :

French Arabic Chinese (Simplified) English German Italian Japanese Korean Portuguese Russian Spanish
by Free Games

Connexion



Joomla templates by Joomlashine