image1 image10 image11 image12 image13 image14 image15 image16 image17 image18 image19 image2 image20 image21 image23 image24 image3

 

«?Yet are there souls with whom my own might rest, whom I might bless, with whom I might be blessed.?» — BYRON

«?Combien il faut avoir souffert pour être fatigué même de l'espérance !?» — PAULINE

 

Il est des maux sans nom, dont la morne amertume
Change en affreuses nuits les jours qu’elle consume.
Se plaindre est impossible?; on ne sait plus parler?;
Les pleurs même du cœur refusent de couler.
On ne se souvient pas, perdu dans le naufrage,
De quel astre inclément s’est échappé l’orage.
Qu’importe?? Le malheur s’est étendu partout?;
Le passé n’est qu’une ombre, et l’attente un dégoût.

C’est quand on a perdu tout appui de soi-même?;
C’est quand on n’aime plus, que plus rien ne nous aime?;
C’est quand on sent mourir son regard attaché
Sur un bonheur lointain qu’on a longtemps cherché,
Créé pour nous peut-être?! et qu’indigne d’atteindre,
On voit comme un rayon trembler, fuir ... et s’éteindre.

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

 

 

 

Veuillez vous connecter pour commenter
  • Aucun commentaire trouvé

Language translation :

French Arabic Chinese (Simplified) English German Italian Japanese Korean Portuguese Russian Spanish

Recherche :

by Free Games

Connexion



Joomla templates by Joomlashine